Bienvenue à MONTENOISON


 

 
 
 

 

 

 

                                                                                        MONTENOISON

 

Chaque été, Montenoison attire de nombreux touristes. La butte, point culminant du Nivernais à 417 mètres, surmontée du clocher de la vieille église domine le village abritant dans un cadre verdoyant unique ses habitants dont les origines remontent aux Gaulois.
Si l'on sait que Montenoison a été habité à l'âge de pierre et à l'âge de bronze, on ne connait rien quant à l'origine des hommes qui y vivaient. A l'arrivée des Romains, la population désignée sous le nom générique de Gaulois, devait appartenir à la peuplade des "Boïens".
Pendant l'occupation romaine, ceux-ci en adoptant les habitudes romaines, devinrent des Gallo-Romains, sans que la race soit modifiée. Par contre, l'invasion des Germains a marqué profondément les caractères des populations. Les burgondes ont laissé particulièrement des traces rendant leur race prépondérante.
Dès les origines de l'habitat de Montenoison, la population gauloise devait, en cas de danger, se réfugier sur son sommet. Il offrait un asile sûr, facile à défendre, et d'ou l'on pouvait surveiller une vaste étendue du pays.
Pendant l'occupation romaine, Montenoison devint certainement une station militaire. Il porte les traces de castramétation caractéristique.
 
 
 
 
 
La montagne de Montenoison
 
 
D'après Jean Textor, la montagne de Montenoison aurait été couronnée par une enceinte de cinquante tours renfermant un temple dédié à Jules César. Deux voies romaines passaient au pied de la montagne.
Nous ne savons pas à quelle époque le castrum, enceinte des cinquante tours, fit place au château et à la ville de Montenoison. Mais au moyen-âge Montenoison avait le titre de ville et elle figurait entre Châtel Censoir et Lurcy le Bourg au 12eme rang des villes nivernaises.
L'ensemble formait une imposante forteresse, entourée de hautes murailles en talus à leur base. L'approche en était défendue par deu fossés concentriques larges et profonds. On y pénétrait par une porte fortifiée à l'ouest.
 
 
 
 
Les vestiges
 
 
Aujourd'hui, il ne reste du sommet de la montagne que l'église et quelques vestiges des anciennes murailles. Le puissant château de Montenoison fut reconstruit en 1217 par Mahaut de Courtenay. Par la suite, il fut très mal entretenu et finit par tomber en ruine au 18eme siècle. De ce formidable manoir il ne reste que des débris de murs, et au nord deux tourelles en encorbellement sur de fortes ogives, ainsi que, derrière celles-ci, deux nervures croisées qui soutenaient le plafond dun corps de garde. Au dessous, devait se trouver la salle de justice, donnant elle-même sur une sorte de réduit supposé être les "oubliettes". Des ossements humains y furent découverts lors desfouilles en 1840.
 
                                                                                     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les seigneurs de Montenoison
 
 
En 1115, on parle de Joselinus de Montenoison; on sait d 'autre part qu'en 1119, le couvent de Bourras fut fondé par Hugues de Tily, seigneur de Champlemy et sa femme Adélaïde de Montenoison. Ce couvent de Bourras fut le lieu de sépulture des seigneurs de Montenoison, à l exception de ceux qui furent comtes ou ducs de Nevers.
Au 13eme siècle, Montenoison devient la propriété des comtes de Nevers jusqu'au 18eme siècle. Le dernier seigneur fut le duc du Nivernais Mazzarini Mancini. Il n'habitat jamais son duché. Ministre d'état, membre de l'académie française il appartenait à la minorité libérale de la noblesse; arrêté le 13 septembre 1793, il fut libéré en août 1794. Dépouillé  de la plus grande partie de sa fortune, de son beau château ducal de Nevers, de ses forêts d'Entrains de Donzy, il avait suffisamment d'esprit pour s 'estimer heureux d'avoir conservé sa tête
.
 
 
 
 
L'église 
 
 
L'historien Guy Coquille cite l'église de Montenoison parmi les vingt-six données aux chamoine de Saint-Cyr en 1130, ou elle était désignée : "Eclesia Sancta de Maria de Montenoison". Elle fut détruite en  en partie et restaurée en 1682. Située au sommet de la butte, elle subit assez fréquemment les méfaits de la foudre. Elle fut réparée en 1835 et son clocher a été refait vers 1940. Elle offre un portail romain, en saillie, très simple. A l'intérieur, l'église possède un tableau représentant l'Assomption don du prince de Chalais.
Son clocher carré renferme deu cloches, l'une de 1623, dont le parrain fut Charles de Gonzagues de Clève, duc de Nevers, l'autre est plus petite et a été offerte par le prince de Chalais.
Il semble ue trois chapelles fut construites dont il n'existe plus que quelques vestiges, l'une dite chapelle de Montenoison, qui était adossé à l'est de l'église, la chapelle de la Maladrerie affectée au service des lépreux et, la chapelle de Noison. Cette dernière était située à l'endroit nommé "place de la chapelle" dans le village de Noison, qui avait lui aussi au moyen-âge le rang de ville.
 
L'église est ouverte au public le 1er dimanche de chaque mois de 14h à 19h de mai à septembre
 
 
 
 
 
 
La table d'orientation
 
 
Il faudra sur la butte, gravir encore un petit sentier sauvage, derrière l'église pour accéder ainsi à une des plus belles vues sur la vallée et les chaines du Morvan.
Lignée Seurat, la table d'orientation a été posée en 1977. On y découvre les villages de Authiou, Champlin, Bussy, Chevannes, Brinon, Crux-la-Ville etc ... Par beau temps on peut admirer les coteaux du Donziais de la Puisaye, le val de loire jusqu'au mont d'Auvergne.
 
 
 
                                                                                               
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Vous êtes le 106740ème visiteur

×